La quatrième dimension (1959-1964)

Parlons et échangeons ensemble autour d'une série, récente ou ancienne de SF

Modérateur : Doctorsf

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 30 sept. 2015 17:11

On poursuit la revue de cette 3e saison :

Saison 3 / Episode 25 : LE FUGITIF

Un vieil homme passe ses journée à distraire les enfants du quartier avec ses incroyables tours de magie. Ses activités sont surveillées par deux étranges agents... Une petite histoire simple mais sympathique qui emprunte sous certains aspects au conte de fées. La chute est amusante.

Saison 3 / Episode 26 : LA PETITE FILLE PERDUE

La petite Tina a disparu et reste introuvable bien que ses parents entendent clairement ses cris et ses pleurs... Encore un épisode énorme et bien flippant dans cette 3e saison ! Une histoire originale, un suspense énorme et un maximum d'effet avec un minimum de moyens. Culte !

Saison 3 / Episode 27 : PERSONNE INCONNUE

Un homme vit un véritable cauchemar : personne ne le reconnaît. Ni sa femme, ni son employeur, ni ses collègues, il n'a plus de carte d'identité dans son portefeuille et son nom n'apparaît plus dans l'annuaire ! Délire paranoïaque ou réalité ? L'épisode joue habilement sur l'ambiguïté jusqu'à la chute aussi ironique que cruelle. Un bon épisode.

Saison 3 / Episode 28 : LE PETIT PEUPLE

Deux astronautes se posent en catastrophe sur une planète inconnue. Tandis que l'un répare la fusée, l'autre découvre un peuple miniature, découverte qui attise son désir de pouvoir... Un autre épisode incontournable sur la tentation du pouvoir avec une chute ironique qui remet les pendules à l'heure. Du tout bon !

Saison 3 / Episode 29 : A QUATRE HEURES

Un délateur, haïssant toutes personnes ne partageant pas sa façon de penser, jure d'éliminer tous ses ennemis à quatre précises... Bof, bof ! Que des individus de ce type, dont la haine de l'autre n'a d'égale que la nocivité dans une société civilisée, existent, il n'y a aucun doute. Maintenant, j'ai trouvé le récit plutôt poussif et la chute assez facile.

Saison 3 / Episode 30 : LE MENTEUR

Frisby est un beau-parleur dont les incessantes vantardises finissent par attirer l'attention des extra-terrestres... Un épisode un peu trop classique. Peu de surprise dans cette fable à la chute prévisible.

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 02 oct. 2015 17:31

Suite et fin de cette saison 3 :

Saison 3 / Episode 31 : L'ECHANGE

Un couple de personnes âgées envisage de faire transplanter leurs personnalités dans de jeunes corps artificiels. Mais ils n'ont pour le moment le budget que pour un seul corps... Sur une base purement SF se déroule une histoire classique mais touchante sur la vieillesse et le temps qui passe.

Saison 3 / Episode 32 : LE CADEAU

La passager d'un vaisseau spatial qui s'est crashé se réfugie, blessé, dans un village reculé... Impossible de passer à coté de l'arrière-plan religieux tant il est gros avec cet étranger dépeint comme une figure christique. Mais on pourrait tout aussi bien y voir dans le traitement que les villageois lui réserve, une allégorie de la xénophobie, pourquoi pas.

Saison 3 / Episode 33 : LA MARIONNETTE

Alerte rouge ! Episode génial en approche avec cette histoire complètement folle de ventriloque schizophrène et alcoolique, persuadé que sa marionnette est vivante ! L'histoire joue habilement sur l'ambiguïté de la situation : accès de folie ou réalité ? Toujours est-il que la marionnette a toujours été un objet de fascination dans le genre fantastique et la chute ironique est parfaitement dans le ton de ce voyage dans le psyché.

Saison 3 / Episode 34 : UN PASSE INFINI

Avant de partir en voyage de noce, deux jeunes mariés veulent conclure la vente de la maison d'enfance de l'époux. C'est alors que le passé ressurgit insidieusement... Le topo classique : l'histoire d'un gars qui a vécu bien trop longtemps sous les jupes de sa môman et qui est incapable d'avancer dans la vie sans elle. Résultat : un mari gamin pathétique et une épouse malheureuse. Quand LA QUATRIEME DIMENSION fait dans le social !

Saison 3 / Episode 35 : LA FEE ELECTRICITE

REAL HUMANS avant l'heure ! Quand un homme, veuf depuis peu et père de trois jeunes enfants, fait l'acquisition d'un robot humanoïde pour s'occuper de sa progéniture... Un épisode réussi et touchant.

Saison 3 / Episode 36 : L'ANGE GARDIEN

Afin de gagner ses ailes, un ange-gardien doit sauver une jeune femme de la pauvreté... Avec un pitch pareil, je m'attendais à quelque-chose d'horriblement sirupeux du genre LA CHASSE AU PARADIS (saison 3, épisode 19) mais cet épisode s'avère finalement sympathique, l'histoire de l'ange gardien ne servant que de prétexte pour une histoire sur la notion de bonheur.

Saison 3 / Episode 37 : LA RELEVE DE LA GARDE

Donal Pleasence, dans la peau d'un professeur envoyé à la retraite, revoit ses anciens élèves décédés... Ouille ! Pour moi un des plus mauvais épisodes de cette saison ! Rendre hommage au travail des enseignants pourquoi pas, mais pas d'une façon aussi larmoyante et pompeuse, la palme venant au gamin mort sur le champ de bataille remerciant son prof de lui avoir enseigné le patriotisme, on se serait presque cru dans STARSHIP TROOPERS !

Mon top 10 de cette saison 3 :

1. C'est une belle vie (ép.8 )
2. La petite fille perdue (ép.26)
3. La marionnette (ép.33)
4. L'abri (ép.3)
5. Le soleil de minuit (ép.10)
6. Le petit peuple (ép.28)
7. Cinq personnages en quête d'une sortie (ép.14)
8. Règlements de compte pour Rance McGrew (ép.20)
9. Comment servir l'homme (ép.24)
10. L'excentrique Mr Radin (ép.17)

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 15 janv. 2016 21:01

Image

De retour avec une 4e saison composée de 18 épisodes et un changement malheureux : ceux-ci durent 50 minutes (contre 25 pour les autres saisons). L'impact des épisodes s'en voit forcément amoindrie, les histoires étant pour la plupart diluées à coups de dialogues et de détails parfois dispensables... Dommage.

Saison 4 / Episode 1 : A SON IMAGE

Un homme voit sa vie basculer lorsqu'il se met à entendre des sons étranges dans sa tête et qu'une irrépressible envie de violence s'empare de lui... Une bonne entrée en matière pour cette quatrième saison avec une intrigue rappelant l'univers de Philip K. Dick.

Saison 4 / Episode 2 : UNE TOMBE A 55 METRES DE FOND

Au début des années 60, un navire de l'US Navy détecte un bruit répétitif provenant d'un sous-marin coulé lors de la Seconde Guerre mondiale, comme s'il restait des survivants tapant sur la coque du bâtiment échoué au fond de l'océan ! Tandis que l'équipage du bateau tente d'entrer en contact avec les éventuels survivants du sous-marin, le chef mécanicien est pris d'hystérie et est victime de visions... Un épisode au suspense efficace avec en toile de fond le thème du sentiment de culpabilité. A noter la présence dans un second rôle du jeune Bill Bixby (l'éternel David Banner de la série HULK des 70's).

Saison 4 / Episode 3 : LA VALLEE DE L'OMBRE

Un journaliste se perd en voiture et se retrouve dans une petite ville isolée de tout où il assiste à un évènement extraordinaire : une fillette a fait disparaître son chien à l'aide d'un étrange boîtier avant que les habitants ne lui redonnent l'animal, non sans lui fournir une explication peu convaincante. Le journaliste décide de reprendre la route mais, arrivé à la sortie du village, sa voiture s'écrase contre une obstacle invisible. Légèrement blessé, il est reconduit vers les trois représentants de cette étrange bourgade... Un épisode assez moyen, l'idée de départ est sympa mais le propos s'avère au final assez flou. Une chose marquante tout de même : la magnifique Natalie Trundy...

Saison 4 / Episode 4 : IL EST VIVANT

Le chef d'un groupe de néo-nazis (joué par la jeune Dennis Hopper) souhaiterait voir son pouvoir et son influence s'accroître. Il peut pour cela compter sur une aide inattendue : celle de l'esprit d'Adolf Hitler... Un épisode classique dans la forme mais encore d'une incroyable actualité dans le propos, ne serait-ce que pour les discours abjects du personnage principal dont les arguments xénophobes sont repris quasiment mots pour mots par certaines personnalités politiques actuelles... Glaçant.

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 17 janv. 2016 11:13

On continue avec le 2e disque de la saison 4 :

Saison 4 / Episode 5 : MUETTE

A la mort de ses parents dans un incendie, la fille d'un couple de télépathes doit apprendre à communiquer avec le reste du monde... Une histoire originale et sensible qui aborde à la fois l'importance de l'éducation parentale, le rôle réel de l'école (censée être un centre de formation mais se transformant souvent en centre de formatage) et la question de l'intégration dans la société (jusqu'à quel point une société a-t-elle le droit d'exiger d'un individu qu'il se plie à ses codes). Un bon épisode.

Saison 4 / Episode 6 : LE VAISSEAU DE LA MORT

Après avoir détecté un signal, trois astronautes atterrissent sur une planète inconnue. Ils y découvrent la réplique exacte de leur soucoupe mais accidentée comme si elle s'était écrasée. A l'intérieur : leurs trois cadavres ! Malgré un postulat de départ intrigant, cette histoire s'avère au final assez poussive avec une chute prévisible.

Saison 4 / Episode 7 : JESS-BELLE

Ne supportant que l'homme qu'elle aime se fiance avec une autre, Jess-Belle demande l'aide d'une sorcière pour séduire le futur marié. Ce service ne se fera pas sans une petite compensation...Ce récit fantastique prenant la forme d'un conte est sympa avec un casting féminin de rêve (les jolies Anne Francis et Laura Devon). La malédiction de Jess-Belle rappelle par moments LA FELINE de Jacques Tourneur.

Saison 4 / Episode 8 : MINIATURE

Un éternel célibataire timide et solitaire vivant encore chez môman est obsédé par une maison de poupée exposées dans un musée. Il est le seul à voir qu'elle est habitée... Une histoire un peu longuette et une chute prévisible.

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 25 janv. 2016 21:37

La suite de cette quatrième saison :

Saison 4 / Episode 9 : LE JOURNAL DU DIABLE


Alors qu'il est sur le point de se suicider, l'éditeur d'un journal en faillite fait un rencontre qui semble providentielle : un homme se présentant comme un journaliste d'expérience (Burgess Meredith, le Pingouin de la série BATMAN) lui propose ses services et lui promet de faire remonter les ventes de son canard... Un épisode dont la principale qualité est de montrer qu'au début des années 60, la course au scoop et au sensationnel existait déjà dans le monde du journalisme ! La satire de la presse aurait pu être un peu plus mordante mais ça se laisse regarder...

Saison 4 / Episode 10 : LE BON VIEUX TEMPS

Après avoir tenté en vain de réparer des catastrophes de l'Histoire en remontant dans le temps, un scientifique décide de s'installer définitivement au début de 20e siècle, période qu'il affectionne particulièrement. Avant de partir, il se fait une promesse : ne plus essayer de modifier des évènements majeurs... Un épisode un peu bancal malgré l'originalité du concept. La chute est assez prévisible (le thème du voyage dans le temps a depuis été traité de toutes les manières) et le scénariste est même pris en flagrant délit de remplissage en incluant au récit une amourette inutile. Moyen.

Saison 4 / Episode 11 : LE PARALLELE

Alors qu'elle regagne la Terre après un voyage spatial, la capsule d'un astronaute disparaît des écrans radars. Ce dernier est finalement retrouvé sain et sauf dans sa capsule, mais il n'a plus aucun souvenir de l'atterrissage, tout juste se souvient-il avoir perdu connaissance en vol. Après avoir retrouvé sa famille, certains détails de son quotidien semblent différents... Un bon petit suspense au programme avec un thème original et traité avec sobriété : celui des dimensions parallèles.

Saison 4 / Episode 12 : UN REVE DE GENIE

Un homme un peu naïf se voit refourguer par un vendeur peu scrupuleux une vieille lampe qui abrite... un génie ! Se voyant offrir un unique voeu, l'homme envisage toutes les possibilités qui s'offrent à lui : épouser une actrice hollywoodienne, être un riche homme d'affaire, devenir Président des Etats-Unis... Une petite histoire à mi-chemin entre la comédie et la fable. C'est gentillet avec sa petite morale mais on a quand même vu plus marquant...

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 30 janv. 2016 10:31

On termine avec les 6 derniers épisodes de la saison 4 :

Saison 4 / Episode 13 : LA NOUVELLE EXPOSITION

A la fermeture du musée de cire pour lequel il travaille, un employé décide de conserver dans son sous-sol les sculptures représentant cinq célèbres meurtriers... Voici mon épisode préféré de cette 4e saison car sans doute le plus original et le plus marquant ! L'idée de départ morbide à souhait est géniale et bien exploitée. Avec sa tonalité horrifique et sa pointe d'humour noir, cet épisode aurait tout à fait sa place dans LES CONTES DE LA CRYPTE !

Saison 4 / Episode 14 : JE ME SOUVIENS DE CLIFFORDVILLE

Un riche homme d'affaire s'ennuie estimant qu'il a tout réussi dans la vie. Une agence de voyage très particulière lui propose de retourner dans sa ville natale 30 ans en arrière et de tout recommencer à zéro... Une fable un peu longuette dont la principale morale est qu'on aurait tort de penser que l'on doit sa réussite professionnelle uniquement à ses propres capacités mais que le hasard des rencontres et des circonstances peut y être aussi pour beaucoup...

Saison 4 / Episode 15 : LE MONDE INCROYABLE DE HORACE FORD

Un créateur de jouets (Pat Hingle) vit dans la nostalgie de son enfance au point de mettre en péril son couple et son travail. Un soir, il croise dans la rue des enfants qui semblent être ceux qu'il a côtoyé dan sa jeunesse... Le pouvoir trompeur de la nostalgie au programme de ce sympathique épisode que l'on craint un brin niais au début mais qui dévoile toute sa poésie au fil de l'intrigue.

Saison 4 / Episode 16 : JEUDI, NOUS RENTRONS A LA MAISON

Les survivants d'une colonie, abandonnés depuis 30 ans sur une planète hostile, s'opposent aux exigences de leur chef incontesté lorsqu'un vaisseau terrien arrive enfin pour les sauver... Une allégorie sur le paternalisme politique : jusqu'où un dirigeant peut-il diriger la vie de ses administrés même avec les meilleures intentions ?

Saison 4 / Episode 17 : TRAVERSEE A BORD DU LADY ANNE

Pour sauver son mariage, un jeune couple embarque à bord du Lady Anne, un vieux transatlantique destiné aux amoureux... Un épisode poétique à la réalisation soignée qui se laisse regarder sans déplaisir.

Saison 4 / Episode 18 : LE CHANTRE

Un auteur de télévision sans talent reçoit l'aide inattendue de William Shakespeare pour écrire ses scripts... Cet épisode avait du potentiel mais sa tonalité trop comique gâche tout (les épisodes "comiques" de LA QUATRIEME DIMENSION sont toujours ceux qui vieillissent le plus mal). Dommage, parce qu'on sent que Rod Serling avait des comptes à régler. Les producteurs sont décrits comme des gens plus soucieux de la bonne exposition de leur placement produit à l'image que de la cohérence de l'histoire et Burt Reynolds joue à la perfection le jeune acteur arrogant (il se prendra une beigne par Shakespeare !). Détail rigolo : un des producteurs dit que "les histoires de docteurs ont la cote"... Comme quoi la télévision et les téléspectateurs n'ont pas changé en 60 ans ! :lol:

Mon top 5 de la saison 4 :

#1 : La nouvelle exposition (ép.13)
#2 : La muette (ép.5)
#3 : Jess-Belle (ép.7)
#4 : Une tombe à 55 mètres de fond (ép.2)
#5 : A son image (ép.1)

Avatar de l’utilisateur
Doctorsf
Site Admin
Messages : 455
Inscription : 27 mai 2007 20:56

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Doctorsf » 26 mai 2016 08:55

Merci pour ce rappel anthologique Buck Banzaï
Voici (pour rappel) ma petite chronique de la saison 4 sortie en DVD dont parles Buck
http://www.scifi-movies.com/francais/me ... studio.htm

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 28 févr. 2018 18:06

Image

C'est parti avec une revue des épisodes de la cinquième et dernière saison de cette série mythique :

Saison 5 / Episode 1 : AMOUR PATERNEL

Un bookmaker, dont le fils est mourant au Vietnam, est blessé durant une bagarre. L'homme ne souhaite plus qu'une chose, revoir son fils qu'il regrette n'avoir pas assez côtoyé. Cette ultime saison démarre lentement avec un épisode sans grande surprise avec des bons sentiments.

Saison 5 / Episode 2 : SAM KELLY

Dans un futur où la boxe entre humains est interdite, de nouveaux matches de boxe entre robots humanoïdes sont organisés. Lee Marvin, dans le rôle d'un ancien boxeur, s'apprête à faire monter sa vieille machine sur le ring lorsqu'elle tombe en panne. L'idée est intéressante et rappelle le film REAL STEEL. Dommage que le propos soit un peu flou.

Saison 5 / Episode 3 : CAUCHEMAR A 20000 PIEDS

Après l'excellent épisode LES PREDICTIONS (s.2 ép.7), William Shatner fait son retour dans la série dans la peau cette fois d'un phobique de l'avion persuadé de voir en vol par son hublot une créature saboter le moteur de l'appareil. Ce pitch vous dit quelque chose ? Normal, il a été remaké par George Miller pour le long métrage de 1983. C'est Richard Donner qui réalise cet épisode original et il le fait de façon très efficace en entretenant le doute quant à la réalité que voit William Shatner. Ce dernier est lui aussi excellent. Un super épisode.

Saison 5 / Episode 4 : UNE CURIEUSE MONTRE

Un éternel bavard, véritable plaie pour tout son entourage, se voit offrir un chronomètre permettant d'arrêter le temps. Va-t-il s'en servir à bon escient ? On se doute évidemment de la réponse. On peut regretter que cet épisode n'exploite pas pleinement le potentiel de ce pitch. Heureusement, la chute comique sauve un peu l'entreprise.

Saison 5 / Episode 5 : LA DERNIERE NUIT D'UN JOCKEY

"On ne juge pas les gens à leur apparence, ce sont les actes qui comptes", telle est la morale de cette histoire où un jockey sanctionné pour tricherie, joué par Mickey Rooney, veut changer de physique. Un épisode plutôt faible où il ne se passe pas grand chose.

Saison 5 / Episode 6 : LA POUPEE VIVANTE

Telly Salvalas (l'éternel KOJAK) aux prises avec Katarina, la poupée parlante de sa fille. Lui croit qu'elle est vivante et qu'elle lui veut du mal, les autres ne comprennent pas ce qu'il reproche à ce morceau de plastique. Du pur fantastique bien flippant avec le thème des poupées "vivantes" toujours aussi efficace. Un bon épisode.

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 28 févr. 2018 18:51

On enchaine avec les épisodes 7 à 12 :

Saison 5 / Episode 7 : LE VIEIL HOMME DANS LA CAVERNE

1994, 10 ans après l'hécatombe nucléaire, un petit groupe de survivants suit à la lettre, pour survivre, les instructions du "vieil homme dans la caverne", un homme que personne n'a jamais vu. Un chef militaire (James Coburn) débarque alors avec ses hommes pour reprendre le pouvoir et décide de rencontrer le "vieil homme". Ambiance post-apocalyptique réussie et vision désabusée de l'homme (qui s'empresse de reconstruire le même monde qui les a mené à la catastrophe) sont au programme de ce bon épisode.

Saison 5 / Episode 8 : ONCLE SIMON

L'oncle Simon n'est pas tendre avec sa nièce Barbara, c'est bien peu de le dire. Leurs conversations ne sont que punch-lines bien blessantes pourtant Barbara reste coûte que coûte auprès de son vieil oncle jusqu'à ce que ce dernier meurt. Barbara hérite alors de ses biens mais aussi d'un autre cadeau qui n'était pas prévu... Un épisode réalisé par Don Siegel qui vaut surtout pour les joutes verbales entres les deux protagonistes. La chute est amusante et on s'amusera d'un emprunt assez "encombrant" au film PLANETE INTERDITE.

Saison 5 / Episode 9 : SONDE 7 - FORT ET CLAIR

Richard Basehart (l'Amiral Nelson de VOYAGE AU FOND DES MERS) s'écrase avec sa navette sur une planète inconnue. Tandis que sur Terre, une guerre nucléaire fait rage, le rescapé ne compte plus que sur lui-même pour se dépatouiller. Il a alors la surprise de rencontrer une habitante aux traits humains ! Une histoire sympa qui mélange de façon originale LA PLANETE DES SINGES à la Genèse biblique !

Saison 5 / Episode 10 : LES FANTOMES DU SEPTIEME DE CAVALERIE

Trois militaires américains en exercice découvrent intacts des objets datant du Far West. Tous les éléments rappellent une célèbre bataille entre troupes américains et Indiens ayant eu lieu à la fin du 19e siècle... Bof bof ! Un épisode qui vise avant tout le public américain en le renvoyant aux grandes heures de son histoire. Le propos est assez flou.

Saison 5 / Episode 11 : LA FONTAINE DE JOUVENCE

Un homme riche, dont l'épouse bien plus jeune ne cesse de lui rappeler son âge, demande à un ami chercheur de lui fournir un médicament "de jouvence" !Un épisode plutôt drôle qui nous rappelle qu'on est tous le vieux de quelqu'un.

Saison 5 / Episode 12 : LE RHYTME DU TEMPS

Un vieil homme a une obsession : celui de ne jamais laisser sa vieille horloge s'arrêter, persuadé qu'il mourra si elle s'arrêtait. Un épisode plus fin qu'on ne penserait au départ. L'image de l'horloge est poétique mais la fin m'a étonné en portant le propos sur les limites qu'un individu peut parfois se fixer lui-même de façon totalement artificielle.

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 05 mars 2018 19:09

On attaque le 3e disque du coffret :

Saison 5 / Episode 13 : RETOUR EN FORCE

Entre deux tournages , une star hollywoodienne décide de retourner dans son village natal pour faire une surprise à sa famille. Mais depuis que sa soeur lui a offert une bague juste avant son arrivée, l'actrice a le pressentiment qu'il va se passer quelques-chose pendant la fête de village annuelle... Accrochez-vous, cet épisode génial emmène le spectateur dans le fantastique le plus pur, un voyage vertigineux dont on ne sait plus où est le début et où est la fin. Bref, l'étrange à son paroxysme.

Saison 5 / Episode 14 : PRENDS LE VOLANT

Un chauffard renverse mortellement un cycliste avant de prendre la fuite. L'homme reprend une vie normale mais d'étranges phénomènes entourent sa voiture depuis l'accident. Un bon épisode où le véhicule sert d'allégorie à la mauvaise conscience du personnage principal. Difficile ne pas penser au film CHRISTINE en regardant cette histoire de voiture "vivante".

Saison 5 / Episode 15 : UN LOINTAIN LENDEMAIN

Une jeune employée d'un centre spatial et un astronaute tombent fous amoureux juste avant que ce dernier n'embarque pour un voyage spatial de 40 ans en caisson cryogénique. Conscients de l'écart d'âge qu'il y aura au retour du voyageur, ils se résignent à se séparer. 40 ans plus tard, les retrouvailles ne se passent peut-être pas comme prévus... L'histoire met du temps à démarrer mais, heureusement, la chute, aussi ironique que cruelle, vaut le détour et rappelle la nouvelle AH, ETRE UN GELATE... de Philip K. Dick.

Saison 5 / Episode 16 : LE RECYCLAGE DE SALVADORE ROSS

Salvadore Ross est une brute épaisse. Selon lui, tout peut se monnayer, même les sentiments. Et il va y parvenir ! Sauf que ces "trocs" à répétition vont se retourner contre lui. Don Siegel est de retour derrière la caméra après ONCLE SIMON, l'épisode 8 de cette saison. Si l'histoire est classique et la morale évidente (l'argent n'achète pas tout), la conclusion surprend par sa brutalité froide.

Saison 5 / Episode 17 : PORTRAIT D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE

Dans le futur, une adolescente doit, comme tous les jeunes de son âge, subir une opération chirurgicale qui lui donnera un physique identique aux autres femmes. Un bien étrange titre français pour cet excellent épisode car il n'est en aucun cas question de sentiments amoureux mais d'une plaie de la vie en société qui est ici poussé à son paroxysme : le conformisme ! Sauf que dans ce futur cauchemardesque où règne le culte de la beauté, l'uniformisation ne concerne pas que l'esprit mais aussi le physique. Toute ressemblance avec un monde déjà existant ne peut être que fortuite...

Saison 5 / Episode 18 : LES BLOUSONS NOIRS

Trois jeunes hommes au look de loubards s'installent dans une banlieue tranquille. D'étranges interférences radios éveillent la curiosité de leur voisin... Si le look rock & roll des 3 protagonistes principaux intrigue au départ, la suite du récit s'avère plus classique et renvoie aux série B de science-fiction des années 50 à base de complot extra-terrestre.

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 14 mars 2018 18:58

Saison 5 / Episode 19 : APPEL NOCTURNE

Après une tempête, des appels téléphoniques incessants perturbent le morne quotidien d'une femme âgée souffrant de solitude. C'est le Français Jacques Tourneur qui signe la réalisation de ce pur épisode fantastique. L'histoire est intrigante à souhait et, même si on sent venir la chute au fil du récit, celle-ci s'avère tout de même bien amenée et assez émouvante.

Saison 5 / Episode 20 : TRES AFFECTUEUSEMENT, AGNES

A.G.N.E.S, l'ordinateur le plus sophistiqué du monde tombe amoureux du son technicien de maintenance ! Après CAUCHEMAR A 20000 PIEDS (l'épisode 3 de cette saison), Richard Donner revient derrière la caméra pour un épisode cette fois plus léger avec une histoire amusante qui joue pleinement la carte de la comédie et qui exploite le thème du "soulèvement des machines" de façon inattendue.

Saison 5 / Episode 21 : L'ESPACE D'UN MOMENT

Une jeune cavalière est poursuivi sans raison par une inconnue agressive et qui semble, elle, la connaitre. Du fantastique pur et dur comme je l'aime, où on ne sait plus finalement où est le début et où est la fin. La façon dont le thème du voyage temporel est traité rend vraiment intrigante cette banale histoire de famille. Du tout bon.

Saison 5 / Episode 22 : LA RIVIERE DU HIBOU

Un épisode un peu à part puisqu'il n'a pas été tourné spécialement pour la série. Il s'agit à la base d'un court-métrage français réalisé par Robert Enrico en 1962, Palme d'or du court métrage au festival de Cannes de la même année. Cet épisode n'est pas présent dans le coffret DVD.

Saison 5 / Episode 23 : LA REINE DU NIL

Un journaliste interviewe une célèbre actrice qui semble éternellement jeune. Pas de mystère, le titre de l'épisode raconte la chute. Pourtant, ça marche grâce au récit qui dévoile avec efficacité le destin de l'actrice "éternelle" en mêlant mythologie et univers contemporain. Nul doute que l'auteur du scénario a dû s'inspirer de certaines stars hollywoodiennes qui semblent ne jamais vieillir.

Saison 5 / Episode 24 : QU'EST-CE QU'IL Y A A LA TELEVISION ?

Après une panne de téléviseur, un homme capte une nouvelle chaine diffusant des morceaux de sa propre vie, passés et futurs ! La télévision est-elle le reflet de ceux qui la regardent ou sont-ce ceux qui la regardent qui voient leur comportement influencé par la télévision ? Vaste interrogation qui a dû inspirer l'auteur de cette épisode de folie dont la fin aussi grotesque que cruelle laisse interrogatif : faut-il en rire ou en pleurer ?

Saison 5 / Episode 25 : LES MASQUES

Un homme âgé à l'article de la mort règle ses comptes avec ses héritiers en leur faisant porter des masques le soir de Mardi Gras. S'il peut paraitre au départ un poil bavard, ce très bon épisode n'en demeure pas moins extrêmement sombre et glauque. D'abord dans le portrait fait des héritiers mais également dans le design des masques monstrueusement réussi. Une fois ceux-ci enfilés, on bascule quasiment dans le film d'épouvante et la conclusion enfonce le clou dans la folie et le grotesque.

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 26 mars 2018 17:35

Place aux épisodes 26 à 31 :

Saison 5 / Episode 26 : UN MATIN NOIR

Le matin de la pendaison d'un condamné, le soleil refuse de se lever. Comme son titre pouvait le laisser penser, voilà un épisode sombre à l'ambiance crépusculaire réussie. Tout le monde en prend pour son grade, de la police aux journalistes en passant la foule aveuglée par la haine, haine d'autant plus facile à déverser lorsqu'elle est majoritairement partagée.

Saison 5 / Episode 27 : CHUT !

Un chef d'entreprise ne vivant que dans le bruit et les cris voit tout à coup son ouïe devenir hypersensible au point d'être perturbée par le moindre son. Cet épisode, placé sous le signe de la comédie, est à mon sens un des plus faibles de la série. La faute revient surtout à la lourdeur de l'écriture : le personnage principal est caricatural au possible avec son langage saturé d'images maritimes et les traits d'humour ont vraiment mal vieilli.

Saison 5 / Episode 28 : CESAR ET MOI

Un ventriloque sans le sou suit les conseils malavisés de sa marionnette pour éviter de se faire expulser de son logement. Un jour, la fille de la voisine surprend leur conversation. Cet épisode peut se voir comme une fausse suite de LA MARIONNETTE, l'excellent épisode 33 de la saison 3. Il y est une fois de plus question d'un ventriloque paumé qui noue une relation particulière avec sa marionnette mais la tonalité est cette fois moins flippante et ambigüe.

Saison 5 / Episode 29 : LA CHAMBRE DE LA MORT

Un ancien espion russe expatrié aux Etats-Unis est la cible d'un jeu sadique : il doit retrouver une bombe dissimulée dans sa chambre d'hôtel dans un temps donné sous peine d'être abattu par un sniper. Ambiance légèrement hitchkockienne avec ce troisième épisode réalisé par Richard Donner. Dans le rôle principal, on retrouve Martin Landau, tête connue des sérivores grâce aux mythiques MISSION: IMPOSSIBLE ou COSMOS 1999. Le suspense est efficace et la chute, bien qu'un poil prévisible, est plutôt drôle.

Saison 5 / Episode 30 : ETAPE DANS UNE PETITE VILLE

Après une soirée bien arrosée, un couple se réveille dans une ville inconnue semblant abandonnée... Un des épisodes cultes de la série. On devine rapidement la chute mais l'idée de cette ville où tout est factice est quand même bien drôle et surtout bien exploitée.

Saison 5 / Episode 31 : LA RENCONTRE

Un vétéran de la Seconde Guerre Mondiale et un jeune Américano-Japonais se retrouvent enfermés dans un grenier autour d'une épée de samouraï. Jamais doublé en français, cet épisode aborde un sujet régulièrement relancé lors des cérémonies de grands évènements historiques : celui de la culpabilité et de la haine après un conflit. L'épée n'est que le symbole de cette tension entre communautés qui peuvent rester très vives même longtemps après. A voir pour la conclusion d'une noirceur totale.

Avatar de l’utilisateur
Buck Banzai
Messages : 778
Inscription : 25 juil. 2011 10:27

Re: La quatrième dimension (1959-1964)

Message par Buck Banzai » 30 mars 2018 17:21

On termine avec les 5 derniers épisodes de la série :

Saison 5 / Episode 32 : LA RESURRECTION

A la fin du 19e siècle, dans le petit village américain de Félicité, un inconnu débarque prétendant pouvoir ressusciter les morts : charlatanisme ou réel don miraculeux ? Un épisode qui entretient le suspense et qui s'avère plutôt amusant lorsqu'il dépeint ces personnages rendant un hommage appuyé à leur être cher... sans pour autant être pressés de les revoir !

Saison 5 / Episode 33 : AUTOMATION

Un homme d'affaire décide d'automatiser entièrement son usine et de licencier tous ses employés. A une époque où l'on parle de plus en plus d'intelligence artificielle, le postulat de cet épisode réalisé par Richard Donner n'a jamais été autant d'actualité. On peut juste regretter la naïveté de certains dialogues comme lorsqu'un des licenciés demande à son ex-employeur ce que penseront les consommateurs de cette décision... Bah rien, faire fabriquer des baskets par des enfants n'a pas empêché certaines marques de faire fortune alors les faire fabriquer par des robots...

Saison 5 / Episode 34 : L'HOMME A LA GUITARE

Une jeune star de la musique part en quête d'une chanson au coeur de l'Amérique profonde. Il y tombe sous le charme d'une mélodie fredonnée par une mystérieuse jeune femme. Un très bon épisode dont la réalisation remarquable, encore signée Richard Donner, retranscrit parfaitement le coté poétique et fantastique du récit. Le fait que la musique soit au coeur du récit est original et on peut même y voir une sorte de conte allégorique sur la nature intime, voire biographique, d'une oeuvre.

Saison 5 / Episode 35 : QUI A PEUR DE QUI ?

Reclus dans un chalet de montagne, une styliste de mode et un policier font face à une menace extra-terrestre. Si la première moitié fait illusion avec une ambiance rappelant par moments celle de SIGNES de M. Night Shyamalan, la tournure que prend le récit s'avère ensuite bien plus convenue avec un craignos monster de la plus belle espèce suivie d'un "twist ending" qu'on a vu utilisé bien plus subtilement au cours de la série.

Saison 5 / Epsiode 36 : LA PISCINE ENSORCELEE

Délaissés par leurs parents qui sont sur le point de divorcer, deux enfants trouvent refuge dans un monde idéal dont l'accès se trouve... au fond de leur piscine ! Un épisode sensible et plutôt touchant, allégorie du mal-être de certains enfants tiraillés dans une famille déchirée, et qui se réfugient dans leur propre monde

Mon top 10 - Saison 5 :

#1 : Cauchemar à 20000 pieds (ép.3)
#2 : Retour en force (ép.13)
#3 : Portrait d'une jeune fille amoureuse (ép.17)
#4 : Qu'est-ce qu'il y a à la télé ? (ép.24)
#5 : L'espace d'un moment (ép.21)
#6 : La poupée vivante (ép.6)
#7 : Appel nocturne (ép.19)
#8 : Etape dans une petite ville (ép.30)
#9 : Les masques (ép.25)
#10 : L'homme à la guitare (ép.34)

Répondre